Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Billets critiques sur le spectacle vivant & interviews


Les tartignolles

Publié par Saad sur 12 Mars 2013, 23:28pm

Catégories : #Cabaret- théâtre musical- danse, #*

Les tartignolles

Vu le 9 mars 2013 à La Bassecour – Grenoble

Complémentaire, mon cher Watson !

Les tartignolles sont un duo composé d’un chanteur effilé comme une tige et habillé à la mode Deschiens et d’un accompagnateur bruiteur capable de bien des choses avec sa bouche (et son corps), dont on se demande par ailleurs s’il connaît un autre langage que le bruitage tant son jeu ahuri est convainquant. Les tartignolles font donc dans la fantaisie, car, et on peut s’en douter en jetant un simple coup d’œil sur l’affiche du spectacle, la chanson n’est ici qu’un prétexte à faire du spectacle humoristique. Et ça marche plutôt bien, puisque écriture, interprétation et mise en scène se conjuguent dans une sobriété qui convient tout à fait à l’allure de ces deux énergumènes.

C’était mieux avant (que…)

Une sobriété qui semble s’appliquer aussi à la durée du spectacle. Les chansons s’enchaînent avec une certaine fluidité pendant trois quarts d’heure jusqu’à ce que l’on assiste à une sorte de naufrage. Le chanteur annonce ensuite que le spectacle est fini, ce qui semble très court comme performance (d’autant plus court lorsqu’on a payé sa place 15€). On attend alors un rappel, fait coutumier des petits récitals, qu’ils soient burlesques ou non. Cependant, au lieu de se retirer, le chanteur s’adresse à tel ou tel spectateur, sur un mode ironique. Ça fait sourire au début, du moins quand c’est drôle, mais après quinze minutes d’improvisation sur ce mode là, une question nous vient à l’esprit : Les tartignolles ne nous prendraient ils pas pour des cons ? Votre serviteur est en tous cas sorti de la salle avec la fâcheuse impression que Jean-Jacques Besson, chanteur-concepteur de ce spectacle, a jugé bon de meubler 15 minutes de plus avec un humour plus qu’approximatif afin d’atteindre le quota minimum des 60 minutes de représentation. Et c’est bien déplorable que le spectacle s’achève sur un procédé aussi lourdingue et malhonnête.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents