Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Billets critiques sur le spectacle vivant & interviews


Cabaret, d'Hanokh Levin

Publié par Saad sur 27 Août 2013, 13:24pm

Catégories : #Auteurs incontournables, #Festival de la cour du vieux temple

Cabaret, d'Hanokh Levin

Par la Cie Les Langues de Roche, sous l’œil amical d'Anne Rauturier.

Vu le 26/08/2013 au Festival de la cour du vieux temple – Grenoble

La Cie Les Langues de Roche doit avoir bon goût. Dans la note d’intention du spectacle présenté lundi soir dans la cour du vieux temple, on peut lire que les "Cabarets" de Levin sont conçus comme des vignettes, des sketches présentant des personnages en conflit, en rivalité. On ajoutera que ces saynètes sont de véritables pépites de comédie grinçante sur l’absurdité de l’humanité.

Qu’y a-t-il de commun entre la platitude de la terre, un ministre déguisé en clown, un chirurgien qui lave le sol, un gars qui appelle une femme 30 ans après l’avoir draguée, un individu nommé Dani Chéri, une cliente dans un hôtel à Londres et des touristes qui rentrent de voyage ? A priori, rien du tout. Mais sous la plume d'Hanokh Levin, il y a toujours une moquerie profonde à l’endroit de l’humain, pour ne pas dire une humiliation. Une notion pivot qui, au travers de ces sketchs, se déploie généralement sur le mode d’un humour absurde qui n’est pas sans rappeler Pierre Dac, Alphonse Allais ou J-C Grumberg - pour citer un auteur contemporain dont on a pu apprécier l’excellent Si ça va Bravo au dernier OFF d’Avignon et dont les dialogues présentent quelques similitudes avec les saynètes de ce cabaret. Les personnages d’Hanokh Levin partent de constats simples ou anecdotes pour les retourner dans le sens de la bêtise, et là où il frappe fort, c’est que ce retournement semble tout naturel, comme si la bêtise était sous-jacente de la pensée humaine. A la base ou au bout de chaque raisonnement. A croire qu’on ne peut échapper à ce fléau. Et pourtant : c’est un plaisir que de se faire railler par un auteur de cette trempe. Nul doute que cette pièce acquérra un jour le statut de classique, si ce n’est déjà fait.

Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation
Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation
Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation
Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation
Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation
Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation
Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation
Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation
Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation
Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation
Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation
Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation
Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation
Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation
Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation

Diaporama de photos prises par votre serviteur le soir même de la représentation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents