Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Billets critiques sur le spectacle vivant & interviews


Appels entrants illimités

Publié par Saad sur 27 Novembre 2014, 12:46pm

Catégories : #théâtre contemporain, #*

Texte : David Paquet -- Mise en scène et dramaturgie: Benoît Vermeulen -- Photographies du spectacle spinprod.com – vu le 25/11/14 au Centre Culturel de Ramonville

Appels entrants illimités

Quand la réflexion cède trop le terrain au burlesque

 

Il y a dans le théâtre contemporain des spectacles qui offrent quelques très bonnes occasions de réfléchir sur notre société tout en proposant un humour assez potache, pour ne pas dire facilement accessible (on pense ici au très bon Guide du démocrate qui a vraiment trop peu tourné depuis sa création). Appels entrants illimités semble vouloir s’inscrire dans cette vaine, mais la copie est à revoir. Les questionnements existentiels suggérés dans la note d’intention* ont pourtant de quoi séduire:

« Louis pleure chaque fois qu’il lit le journal. Anna se déguise constamment. Charlotte attend le grand amour. Alors que le monde extérieur les presse frénétiquement de consommer, de s’adapter, de prendre position, les membres du trio se débattent pour trouver un sens à ce qui les entoure tout en tirant le meilleur d’eux-mêmes. [...] Comment aller vers l’autre, cohabiter et vivre parmi les milliards ? Comment apprendre à s’ouvrir au monde tout en sachant quand et comment refermer la porte pour préserver son intimité ? »

   Sur le plateau, ils sont donc trois. Trois adolescents plus ou moins attardés (on aurait même envie de parler « d’adulescent ») dont les faits et gestes semblent plus dictés par un trop grand laisser aller qu’une véritable motivation à « s’ouvrir au monde » ou « aller vers l’autre, cohabiter » etc... C’est bien là que le bat blesse : l’écriture cède trop de terrain au burlesque, et les personnages sont beaucoup trop potaches pour que les quelques bonnes saillies qui émaillent le spectacle parviennent à tirer celui-ci vers le haut. C’est bien dommage car les quelques bons mots qui parviennent à enrober des idées caustiques avec de la poésie mériteraient un spectacle o combien plus fort, plutôt que de passer comme des fulgurances dans un empêtrement de postures qui virent à la niaiserie. On se prend alors à souhaiter que, dans la prochaine proposition de la compagnie, la profondeur prenne le pas sur la légèreté, et non l’inverse…

*visible sur le site de la compagnie Le Clou

 

Calendrier des représentations disponible sur le site de la compagnie

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents