Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Billets critiques sur le spectacle vivant & interviews


Le cabaret de rien

Publié par Saad sur 24 Juillet 2014, 12:02pm

Catégories : #Clown & acrobatique, #Seul en scène, #Avignon OFF 2014, #Pour petits & grands

Le cabaret de rien

De & par Matthieu Penchinat

 

Dans le milieu du clown, il y a des artistes à multiples casquettes. C’est le cas de Matthieu Penchinat dont on peut affirmer qu’il est aussi bon danseur, ayant tout récemment exploité ce talent dans le spectacle « Panorama» du célèbre chorégraphe Philippe Découflé, et où il campait à merveille une sorte de Mr Loyal décalé (voir ce lien pour la critique).

   Disons-le d’entrée de jeu, ce solo de clown créé en 2012 est un peu inégal, l'artiste semblant plus à l’aise comme performer humoriste maniant les situations ou plus « simplement » le verbe (car il est aussi comédien). Au demeurant, Le cabaret de rien déploie suffisamment de bonnes idées pour séduire une large audience, et le titre est suffisamment évocateur quant à l’ambition de son concepteur : décocher des sourires aux gens.

   C’est déjà tout un programme, qui commence avec une idée pour le moins originale : débarquer par la porte d’entrée et s’installer directement dans le public pour attendre avec lui que le spectacle commence. Une idée toute bête rondement menée par celui qui va ensuite planter le décor en direct, car il n’avait pas prévu de remplacer au pied levé l’artiste qui devait se produire. Cela ne l’empêchera pourtant pas de saluer le public avec une obséquiosité (et une élasticité physique) qui le mèneront jusqu’au ras du sol pour remercier l’audience de faire vivre le monde du théâtre. Passons sur le fait qu’il va jusqu’à baiser les pieds du premier rang dans la foulée et espérons qu’il prend bien son synthol à l’issue de chaque représentation…d’autant que lorsqu’il s’improvise fakir (de bazar), il va jusqu’à avaler un sabre. Pas jusqu’au bout mais quand même ! Un numéro de clôture qui permet par ailleurs à Matthieu Penchinat d’offrir une prouesse physique suffisamment sidérante pour que l’on se demande si un vrai fakir en serait capable…

   On retiendra donc de ce cabaret de rien l’ambiance potache assez séduisante et les bonnes trouvailles distillées ça et là pendant près d’une heure.

 

Avignon OFF 2014

Jusqu’au 27 juillet 16h00 au Théâtre de l’Adresse

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents