Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Billets critiques sur le spectacle vivant & interviews


L’Homme semé

Publié par Saad sur 11 Juillet 2014, 16:12pm

Catégories : #Avignon OFF 2014, #théâtre contemporain, #*

L’Homme semé
L’Homme semé
L’Homme semé

écrit et mis en scène par Dominique Wittorski -- Photos: Thierry Grand – Cie La question du beurre

 

Sophocle – Wittorski : match nul

 

"L’action principale se passe de nos jours. Achille est mort. Il a exprimé une dernière volonté : que ses héritiers jouent Œdipe-Roi. Les enfants d’Achille vont donc monter Œdipe, bien qu’ils soient incompétents, ignorants et maladroits. A coup d’improvisations brillantes et de scènes ratées en grec, ils seront submergés d’interrogations. Que veut leur dire le Père ?*"

   Tel est le résumé de cette pièce écrite et mise en scène par Dominique Wittorski, agitateur penseur contemporain, souhaitant faire comprendre au spectateur que la famille qui va se débattre sous ses yeux pendant deux bonnes heures « est à elle seule la métaphore de la pièce de Sophocle* ». Si l’intention ne manque pas d’ambition, la pièce manque quant à elle de souffle, au sens où l’humour très potache affiché dès la scène d’exposition – et la lourdeur de celle-ci passe comme un départ du mauvais pied – ne tient pas du tout la longueur. Le recours beaucoup trop récurrent à ces blagounettes et autres clins d’oeil tout au long de la pièce questionne par ailleurs l’intention de Dominique Wittorski, qui semble avoir du mal à assumer une ambition de narration dont la rigueur demanderait à être diluée à coups de sketchs où les comédiens peuvent faire pouet pouet pour laisser respirer les neurones du spectateur entre deux longueurs cérébrales.

   « Autant continuer de la jouer en Grec, puisque même en Français y a rien à biter » lâche d’entrée de jeu l’un des membres de cette famille un peu toc toc dans une boutade qui résume fort bien la résonnance des pièces de Sophocle dans l’esprit du plus grand nombre. Mais pour ce qu’en fait Dominique Wittorski dans ce spectacle trop schizophrène pour être cohérent, la seule chose qu’on retiendra est l’attrait de la scénographie et des éclairages. Guère plus.

*extrait de la note de présentation

 

Avignon OFF 2014

Du 5 au 27 juillet 18h00 à la Caserne des Pompiers, relâche les 11 & 18 juillet

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents