Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Billets critiques sur le spectacle vivant & interviews


Et que vive la Reine

Publié par Saad sur 11 Avril 2014, 00:20am

Catégories : #Création 2014, #Pour petits & grands, #Cabaret- théâtre musical- danse, #Souriez: vous êtes critiqués

Mise en scène : Marie Bonnet & Aurélien Villard - photo : Marie De Pauw -- Vu le 10/04/2014 au CLC- Eybens

Et que vive la Reine
Et que vive la Reine

Alice au pays des Gentils…

 

Directement inspirée du célèbre conte de Lewis Carroll, la dernière création de la compagnie Les Gentils réussit une fois de plus à faire du théâtre à la fois populaire et ambitieux.

   Populaire car, comme dans La carriole fantasque de M. Vivaldi, l’esprit bon enfant est une fois de plus à l’honneur, d’autant que ce spectacle est accessible aux plus jeunes (à partir de 8 ans) et ambitieux car l’élaboration du décor comme le travail d’adaptation ou de variation sur l’œuvre de Lewis Carroll n'ont pas dû être une mince affaire.

   C’est donc au « Fond du Gouffre » que nous convie cette compagnie féconde en allusions comiques et autres jeux de mots. Dans ce trou perdu quelque part sous le sol, trois joyeux drilles d’une certaine notoriété littéraire (Miss le Loir et son pianiste, le Chapelier Fou et le Lièvre de Mars) ménagent leur condition de sous-fifres en chantant les vertus du thé. C’est bien connu, le thé réchauffe le cœur et apaise les velléités révolutiono-libertaires, si bien que c’est certainement grâce à ce rituel quotidien que la monarchie d’Outre Manche n’a toujours pas été guillotinée. Et des décapitations, la vilaine Reine du « Fond du Gouffre » en prodigue à tours de manivelles. Ses habitants ont donc toutes les raisons de se révolter et l’apparition soudaine d’une certaine Alice va les aider de par son esprit critique à assumer complètement leur besoin de liberté (bye bye la couronne !). Le scénario parait bien mené, mais on retiendra probablement plus la scénographie très élaborée qui donne l’impression de prendre place dans un chapiteau souterrain (point de vue encouragé par la disposition du public de part et d’autre de la scène) ainsi que cet esprit bon enfant dans lequel la compagnie excelle une fois de plus, que ce soit en sketchs ou en chansons. Quant aux moins de 8 ans, consolons-les en leur expliquant qu’ils ont toute la vie devant eux pour rigoler (sinon 2 claques et au lit).

 

Bonus - Le ragot entendu dans la tête du spectateur :

Connu pour ses fréquents passages en région grenobloise (et accessoirement ses savoureux calembours qui lui valent moult distinctions), Vincent Roca aurait assisté aux répétitions et se serait exclamé : « C’est pas parce qu’il y a dérèglement de conte qu’il faut s’affoler !». Heureusement que la tête du spectateur est là pour rapporter ces ragots propos.

 

Représentations : jusqu’au 12 AVRIL  à  L'AUTRE RIVE / CLC Eybens

 

A lire aussi sur la même compagnie : La carriole fantasque de M. Vivaldi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents