Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Billets critiques sur le spectacle vivant & interviews


Cendrillon

Publié par Saad sur 16 Avril 2014, 10:37am

Catégories : #Création 2011, #Les pépites du spectateur, #Théâtre & Réflexion, #théâtre contemporain

Texte et mise en scène: Joël Pommerat -- Scénographie et lumière: Éric Soyer -- Voix du narrateur: Marcella Carrara Assistant mise en scène: Pierre-Yves Le Borgne -- photos : Cici Olsson – Vu le 14/04/14 à la MC2 Grenoble

Cendrillon
Cendrillon

Cendrillon dans sa plus belle robe

 

Pour beaucoup, Cendrillon est ce conte de fées certes bien raconté mais à la morale tout de même un peu niaise. Totalement ancrée dans notre époque, la réécriture et mise en scène qu’en fait Joël Pommerat offre un moment de théâtre véritablement passionnant…

… et même jouissif. Dans cette histoire qui commence sur une scène particulièrement dure, celle d’une petite fille contrariée parce qu’elle ne comprend pas les mots péniblement balbutiés par une mère à l’article de la mort, la causticité n’est heureusement pas loin. Il suffisait d’y penser et Joël Pommerat l’a fait, en poussant le curseur du misérabilisme jusqu’au bout (aboutissement sur une belle dose d'humour noir) tout en revisitant le caractère des personnages.

   Sandra, alias Cendrier puis enfin Cendrillon, est une petite fille dont le tempérament à la fois effronté et docile questionne avec un humour certain la logique du conte initial, allant jusqu’à donner une morale o combien plus crédible, puisque accessible au plus grand nombre, que le délire initial visant à laisser les jeunes gens s’identifier à des chimères. Il y a donc cette très jeune femme qui est réjouissante aussi bien dans ses élans de clairvoyance (notamment face à la fée qui sort du placard et qui a dû dégoter sa baguette magique à la farfouille) que dans son impertinence mêlée d’ingénuité et d’effacement, et il y a cette mère qu’on croirait tout droit sortie de l’excellent film Dikkenek, tant le portrait incarné par la formidable Catherine Mestoussis est une merveille de trivialité. Cupidité, lâcheté, malveillance, vanité et vulgarité absolue dans le ton, cette partition de marâtre qui échangerait ses deux filles contre un sac à main Gucci ou une peau de vison forme avec la géniale interprétation de la comédienne un des personnages les plus mémorables dans l’histoire du théâtre contemporain. N’oublions pas enfin le personnage du prince, aussi charmant qu'une tome de Savoie ramollie, gentille cloche toute en rondeurs préférant égrener son chagrin jour après jour plutôt que d’ouvrir les yeux sur la mort de sa mère et accepter le deuil pour mieux tourner la page et enfin poursuivre sa croissance intellectuelle.

C’est (pas) comme dans un rêve

   Heureusement que ce prince tombe sur Cendrillon et son bon sens pour lui dessiller les yeux, et c’est bien là une dimension de la pièce avec laquelle Joël Pommerat marque un maximum de points. Au delà de l’inversion des rôles sauveur/victime qui s’opère naturellement entre Cendrillon et le prince, c’est le côté trop élusif des contes, réglant bien des obstacles vite fait bien fait à coup de baguettes magiques, qui se délite pour faire place à un peu de bon sens. La scène où la mère explose de colère parce qu’elle refuse catégoriquement la comparaison de l’invitation au bal du roi avec l’idée répétée par ses filles et son nouveau mari que  « C’est comme dans un rêve » peut d’ailleurs être prise comme une attaque au bovarysme encouragé par la niaiserie de certains contes. La satire n'est pas loin...

   Matière à réflexion à la fois dense et bien mise en scène, l’adaptation libre, intelligente et très enjouée de cette Cendrillon peut être vue et vécue comme un aboutissement dans le grand édifice du Théâtre, un sommet d’humour noir et une leçon riche d’enseignement pour qui veut apprendre à adapter des contes à la scène.

 

Prochaines représentations, voir ici

A lire aussi, du même auteur & metteur en scène:

Les Marchands

Au monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents