Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Billets critiques sur le spectacle vivant & interviews


à demain

Publié par Saad sur 20 Avril 2014, 21:33pm

Catégories : #Création 2012, #théâtre contemporain, #Théâtre & Réflexion

à demain
à demain
à demain

Texte et mise en scène Pascale Henry -- Avec Marie-Sohna Condé, Stéphane Czopek, Aurélie Vérillon -- Photos : Jean-Pierre Maurin – Vu le 18/04/2014 à l’Hexagone – Meylan

 

Bienvenue en Laconie

 

Au théâtre, on peut tomber sur des pièces très bavardes, et comme chaque chose a son contraire, on peut aussi tomber sur des pièces laconiques, pour ne pas dire quasi-muettes. C’est bien sûr évident lorsqu’il s’agit de théâtre avant tout visuel (danse, cirque etc…), mais plus gênant dans le cadre d’un « théâtre de mots », comme on peut lire dans la note de présentation de à demain.

 

   « Ce théâtre de mots évoque subtilement la dérive de notre monde moderne où ce qui fait la singularité de l’homme est écrasé au profit de méthodes administratives, comptables et marchandes. »*

   Il est effectivement question d’un système écrasant dans ce huis clos où les zones dominant / dominé sont si bien délimitées qu’une ligne de démarcation est tracée à même le sol. Simple, symbolique et on ne peut plus claire avec l’idée de confrontation des rapports humains, c’est ici la mise en scène (ainsi que le jeu convaincant des comédiens, Aurélie Vérillon en particulier) plus que le propos qui permettent de maintenir l’attention en éveil.

 

« Retenu contre son gré dans les locaux d’une institution en raison d’une mystérieuse blessure, un homme est l’enjeu d’une décision à prendre. Que doit-on faire de lui ?  Son sort suspendu à l’interrogatoire qu’il subit, il ne sait pas que la nature même des questions qu’on lui pose est l’objet d’une guerre larvée dont il ignore tout. »*

 

   Dans cette succession de tableaux où la tension est palpable, difficile au demeurant de comprendre la destination exacte vers laquelle Pascale Henry souhaite nous emmener. En cause : probablement un défaut d’indications formelles qui permettraient de mieux repérer les tenants et aboutissants de cette pièce. On devine que l’auteure souhaite éviter l’écueil de discours trop explicatifs, mais la subtilité ici visée bascule dans un texte trop laconique pour déployer à pleine puissance son propos. à demain fait donc penser à un puzzle capable de dévoiler une image forte sur le monde dans lequel on vit, mais dont les quelques pièces manquantes atténuent cette force.

 

* extraits de la note de présentation

 

Prochaines représentations :

Le 15/05/14 au théâtre de Vienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents