Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Billets critiques sur le spectacle vivant & interviews


Tête haute

Publié par Roland Tarte + Saad sur 9 Mars 2014, 14:24pm

Catégories : #Pour petits & grands, #théâtre contemporain, #Création 2013, #1 spectacle & 2 opinions, #Les contributions de Roland Tarte

Texte : Joël Jouanneau – Mise en scène : Cyril Test – Vu le 28/02/2014 à l’Hexagone - Meylan

Tête haute
Tête haute
Tête haute

 

Un joli spectacle vide

 

   Quand je rentre dans un théâtre, j’espère en tirer quelque chose. J’ai des attentes assez simples et suffisamment diverses pour pouvoir m’adapter: j’aime bien rire, j’aime bien être ému, j’aime bien réfléchir ou j’aime bien être surpris. Hors, ici, je n’ai rien trouvé. Nada. Je suis sortis de la salle et je suis passé à autre chose, rien ne m’avait marqué, rien ne m’avait atteint.

 

   Ce spectacle est un conte dont je n’ai pas compris l’histoire. On y suit le parcours d’une petite fille perdue. Elle a une sorte de mentor qui s’appelle Babel et son père est un vieux roi fou. J’ai vu qu’on voulait m’attendrir en me montrant une enfant guillerette et un vieux gâteux qui cohabitent, mais je n’ai pas bien compris les enjeux de leurs relations. Un conte sans contenu, il lui reste sa forme : le style grandiloquent du conte. Du coup, chaque mot de la gamine est sur-joué, entre ses répliques elle pousse de petits cris de dessin animé, ces mouvements sont convenus… Tout cela est mignon mais moi je me suis ennuyé.

   En fond de scène : un écran vidéo. On y voit tout un univers numérique, une forêt magnifique notamment. C’est harmonieux, de bon goût, finement tracé : esthétiquement parfait. Mais cette beauté là, picturale, lisse, épurée, c’est la même dont on use à la télévision pour me faire acheter des yaourts. Je veux voir autre chose au théâtre qu’une belle conception graphique, propre et nette.

   Terminons par l’écriture. Jouanneau aime cette idée que les mots sont des êtres vivants : ce ne sont pas des choses froides et distantes, ce sont des êtres flamboyants et magiques. L’héroïne en use, ce sont des armes, ils recèlent des secrets et on peut les tenir dans la main. Elle apprend même par coeur le dictionnaire dans son amour pour la langue. C’est ce qui m’est parvenu du spectacle : il parle… de la parole. Et la pièce se ferme sur elle-même.

   Le théâtre de texte au XXIème siècle en France est un art démodé : les industries culturelles lui ont mis une tarte en terme d’audience et l’école lui a collé une allure guindée et noble. Alors, qu’est ce qu’on doit faire ? On peut essayer de parler de notre société, des gens, de nous, afin de montrer que le théâtre est un moyen d’expression intéressant. On peut aussi utiliser les mots pour parler des mots, utiliser le théâtre pour parler du théâtre. Mais quand les artistes se regardent le nombril, moi j’ai envie d’aller voir ailleurs.

Roland Tarte

 

Prochaines dates de représentation, voir ici

 

Le Grand Vizir renchérit

 

Jeune public…académique

 

   Cher Roland Tarte, j’aurais du mal à vous contredire, m’étant moi aussi quelque peu ennuyé lors de cette représentation. L’esthétique est effectivement magnifique mais l’histoire emprunte les sentiers escarpés de l’abstraction avec cette quête des mots soumise à la petite fille pour retrouver son chemin ou résoudre je ne sais quelle énigme (j’avais déjà commencé à décrocher, voyez-vous…). Et entre ce manque de matière théâtrale (ou si vous préférez : quelque chose de palpable pour le spectateur) et ce côté « seul-en scène numérique » dû au tout petit nombre de personnages présents sur le plateau, j’ai trouvé que la pièce manquait beaucoup d’incarnation. Etonnant quand on sait que ce spectacle est notamment destiné au jeune public.

                                                                                                                            Saad

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O
Je n'ai guère été conquis... http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/tete-haute-152172
Répondre
S
Bonjour et merci pour le lien. Le moins qu'on puisse dire est que votre article est bien détaillé ! J'ai relevé la référence sur Ylajali. Salutations.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents