Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Billets critiques sur le spectacle vivant & interviews


Vincent Dedienne - S’il se passe quelque chose

Publié par Saad sur 26 Février 2014, 03:27am

Catégories : #Seul en scène, #Les pépites du spectateur, #Création 2013

Vincent Dedienne - S’il se passe quelque chose

Conception : Vincent Dedienne avec Juliette Chaigneau et Mélanie Le Moine - Vu le 24/02/2014 au Théâtre 145, programmation 20 ans du Petit Bulletin - Grenoble

 

Vie et opinions de Vincent Dedienne, gentleman

 

« Mon autoportrait ? Comment ça mon autoportrait ? Allez-y vous !… faites moi votre autoportrait pour voir un peu ...» C’est sur un extrait d’interview de Marguerite Duras, visiblement assez remontée, que commence ce one man show, seul en scène, chef d’œuvre de Vincent Dedienne, jeune comédien de même pas 30 ans qui a décidé de livrer son autoportrait au public, après avoir joué dans plusieurs pièces. Si l’intention n’est pas forcément originale, force est de constater que le développement laissera plus d’un spectateur à la renverse, car Vincent Dedienne a E-nor-mé-ment de TALENT.

   Cet artiste avait beau atteindre difficilement le quart de siècle au moment de s’atteler à l’écriture du spectacle, cela ne l’a nullement empêché de dresser un bilan absolument passionnant de ces vingt-cinq premières années passées sur Terre. Il faut dire que, à l‘instar de grandes figures de la littérature, comme Lawrence Sterne donnant la parole à son personnage Tristram Shandy alors que celui-ci est encore à l’état de fœtus dans le ventre de sa mère, ou de grandes figures du théâtre comme son aîné Philippe Caubère, le jeune homme a compris qu’il ne fallait pas hésiter à tricher sur les situations pour rendre l’autoportrait jubilatoire. C’est donc tout bonnement que, à peine sorti du ventre de maman, Vincent Dedienne se permettait de réclamer verbalement l’attention d’une puéricultrice trop occupée mais suffisamment bégueule pour lui répondre : « oui beh t’as qu’à jouer avec ton placenta en attendant !!». Plus loin dans le spectacle, le comédien convoque un personnage amené à lire l’ultime lettre de Marie-Antoinette à sa sœur, celle-ci se sachant condamnée à la guillotine. Le personnage est en décalage complet avec l’époque et la gravité de la lettre : les hurlements de rire fusent à travers le public. Dans un autre sketch, quand un vendeur de jeux de société explique à un client pourquoi il ne vend pas de Bataille Navale, on jubile à nouveau d’être aussi bien désarçonné.

   Ce qui est tout aussi épatant, c’est que lorsqu’on voit venir la blague à trois kilomètres, comme dans la scène où un candidat au Pôle Emploi donne son nom avant de commencer l’entretien, on se marre presque autant qu’avec les morceaux de chocolat extra-fin qu’on a savourés juste avant. Certes, Vincent Dedienne est le meilleur showman de sa génération (ça, c’est réglé), mais l‘alchimie qui opère dans ce spectacle ne peut pas seulement reposer sur sa générosité d’interprétation : l’écriture est tout aussi exemplaire.

   Il y a en effet une liberté folle et réjouissante dans la structure de ce spectacle rigoureusement construit dans le cadre d’un autoportrait : Vincent Dedienne joue à merveille la mise en abîme avec certains de ses personnages, s’appuie sur ses interlocuteurs imaginaires pour rire avec le public des codes parfois rigides de la représentation théâtrale (« ne restez pas sur ma droite ! Mettez-vous là afin que je puisse parler face aux gens ! ») et quand il ne cherche pas à faire « l’amuseur*» , il évoque la blessure de l'abandon en passant par des métaphores ou alors dit plus simplement son besoin d'amour comme un gars qui passe outre tout problème de pudeur pour mieux atteindre le cœur des personnes en face. C’est un fait : Vincent Dedienne est capable d’émouvoir avec la même facilité qu’il peut faire rire le plus grand nombre. Bref, il a LA classe, et à même pas 30 ans, son autoportrait est déjà indispensable.

 

Prochaines représentations sur Grenoble:

Les 12 & 13 juin 2014 à la Bassecour

En attendant, vous pouvez surveiller sa page Facebook.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Merci Saad! Et chouette papier!<br /> Aurélien du PB
Répondre
S
Merci à toi d'avoir proposé ce prodige juste avant qu'il ne connaisse la Gloire.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents