Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Billets critiques sur le spectacle vivant & interviews


Le conte d’hiver

Publié par Saad sur 20 Novembre 2013, 13:53pm

Catégories : #Auteurs incontournables, #Création 2013, #Billet d'humeur, #Détournement de critique

Le conte d’hiver

Vu le 19/11/2013 à la MC2-Grenoble -- Texte :William Shakespeare – Traduction : Daniel Loayza - Mise en scène : Patrick Pineau -- photo : Philippe Delacroix

 

Amis lecteurs, une fois n'est pas coutume, ci-dessous un billet d'humeur plutôt qu'une critique à proprement parler.
 

Le conte d’hiver, à quoi ça sert ?

 

Quand on dit Shakespeare, on pense généralement Hamlet, Le roi Lear ou Le songe d’une nuit d’été, pièces qui demeurent les plus jouées 400 ans après avoir vu le jour. Rien que ça.

 

   Donc quand Patrick Pineau monte Le conte d’hiver, on est à la fois content, du caractère presque inédit de la pièce – celle-ci étant très peu connue du grand public, et mécontent car Shakespeare est assez célébré comme ça sur la planète entière, et peut être même dans les sphères extra-terrestres. A titre de comparaison la précédente mise en scène de Patrick Pineau que l’on a pu voir à la MC2 joignait l’utile à l’agréable en faisant découvrir un auteur quasiment inconnu en France (Nicolaï Erdman) avec un texte fort bien pensé sur l’oppression du régime stalinien (Le suicidé).

   Quel est donc l’apport du conte d’hiver ? S’il y en a qui aiment les intrigues à rallonges, nul doute qu’ils trouveront leur bonheur, la mise en scène offrant un rendu tout à fait crédible en terme de spectacle. Quant aux autres amateurs de théâtre (ou pas d’ailleurs), ils s’accommoderont des trois heures que dure la pièce et pourront entre autres se poser la question de savoir si Shakespeare est si immense qu’on le dit ou si son écriture ne serait pas un brin tarabiscotée, et pourrait être un bon support pour atelier d’écriture dont le thème serait : « faisons passer Shakespeare du 5 actes au 3 actes car il nous gonfle un peu le démiurge qui a tout pour lui ».

   Car passé la plaisir de la (re)découverte et le côté aujourd’hui presque exotique de cette grande tragi-comédie fantastique, on se retrouve tout de même vite face à une troupe dont on se demande si elle ne joue pas plus pour elle que pour le public.

   Au vu des investissements financiers considérables qu’exige pareille production (on pense notamment à l’installation vidéo) on peut en effet reprocher au metteur en scène une approche du théâtre égocentriste, faisant passer son propre plaisir bien avant l’intérêt général, qui devrait avant tout être tourné sur la découverte de textes à la fois peu connus et instructifs d’une façon ou d’une autre, Shakespeare n’ayant guère besoin de publicité. La fréquentation régulière de salles obscures permet d’affirmer que ce ne sont pas les œuvres intéressantes qui manquent et qui gagneraient à être connues d’un plus large public. Alors pourquoi tant d’argent pour monter un délire shakespearien si éloigné du monde contemporain?

 
Prochaines dates de représentation: cliquez ici


Découvrez aussi la note d'intention du metteur en scène, ici
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
on va jouer un peu d après vous combien ? puisque vous dites autant d argent donc vous savez ! bien a vous p .
Répondre
S
Ah ben comme vous voyez: non. Monsieur "p" (attention, tous ceux qui vous lisent risquent de vous prendre pour Patrick Pineau lui même) si j'admets volontiers l'erreur inhérente à mon affirmation basée sur rien d'autre qu'un préjugé, je m'étonne que vous ne vous soyez pas offusqué plus directement du terme un peu fort que j'utilisais en écrivant "on peut reprocher", même si je me doute que ça n'a pas que vous conduire à m'adresser votre premier commentaire (bien légitime). Ayant, je pense, fait "double" amende honorable, je crois qu'en plus de connaitre le budget de cette production, j'aimerai tout autant connaitre la part de fond public / privé. Et si c'est tout du privé, vous repartirez carrément avec la trilogie des amendes honorables. Promis juré. Saad
P
alors pas de repose ?vous savez j aime bien votre article le seul problème c est de dire d affirmer le cout du spectacle quand on ne sait pas ! moi je sais ! et vous vous trompez ! alors dites moi la somme et je vous dirais ! bien a vous p
P
je possède le budget du spectacle je veux bien monsieur Saad vous le faire parvenir . vous verrez vous serez surpris ! bien a vous p.
Répondre
S
Bonjour monsieur "p" et merci de votre commentaire. Je suis curieux d'en savoir plus sur le budget et je vous serai reconnaissant si vous pouvez effectivement me l'envoyer ! Très cordialement. Saad / danslateteduspectateur@gmail.com

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents