Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Billets critiques sur le spectacle vivant & interviews


Celui qui ne sait plus parler qu’il chante !

Publié par Saad sur 19 Novembre 2013, 00:44am

Catégories : #Hors des sentiers battus, #Cabaret- théâtre musical- danse

Celui qui ne sait plus parler qu’il chante !

Vu au Théâtre 145-Grenoble, le 18/11/2013

Conception & mise en scène : Muriel VERNET

D’après des textes de Raymond Asso, Barbara, Jean-Christophe Bailly, Bertrand Cantat, Marguerite Duras, Léo Ferré, Peter Handke, Didier-Georges Gabily, Prévert, Olivier Py, Serge Rezvani, Michel Rivegauche, Arseni Tarkovsky, Vladimir Vissotsky et bien d’autres

théâtre musical et expérimental

Celui qui ne sait plus parler qu’il chante ! On ne peut pas mieux dire au vu d’un spectacle dont on retiendra plus volontiers les chansons que les quelques discours.

La performance commence par une cacophonie a capella, puis enchaîne avec quelque chose de nettement plus tendre à savoir une reprise d’À la claire fontaine par la voix douce et innocente d’une petite fille qui finit par soupirer d’ennui à la fin du deuxième couplet.

On serait tenté de tout de suite reprendre cette image pour résumer l’impression laissée par ce spectacle mais ce serait passer un peu vite sur sa dimension expérimentale et omettre quelques atouts dont l’ambiance intimiste très présente qui lui donne une certaine homogénéité. Il y a certes des discours abscons (malheureusement amplifiés par les postures qui les accompagnent) qu’on oubliera assez vite et qu’on préfère appréhender comme des nids de poule sur une route de campagne. Ça tombe bien, la campagne constitue le décor de passages vidéos projetés de temps à autres et qui donnent à voir pour la plupart un homme et une femme évoluant laborieusement par des champs boueux. On apprécie surtout le grain noir et blanc et l’ambiance mélancolique restituée par ces grands espaces perdus sous un ciel nuageux. Une ambiance par ailleurs déployée au travers de chansons tantôt interprétées en direct, tantôt diffusées par une bande son, et généralement convaincantes dans un cas comme dans l’autre. Les amateurs de Léo Ferré devraient apprécier. On peut enfin entendre de courtes interviews d’artistes qui se fondent tout à fait dans cet entremêlement de scènes aux lumières tamisées, tout en y apportant une touche documentaire.

Une sorte de théâtre musical d’avant garde donc… qui, hormis quelques élucubrations disséminées ça et là, possède des atouts pour séduire tout un pan du grand public. Ceux qui ne savent pas trop, qu’ils testent…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents