Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Que se passe-t-il dans la tête du spectateur ?

Billets critiques sur le spectacle vivant & interviews


Guillotine

Publié par Saad sur 16 Octobre 2013, 14:58pm

Catégories : #Auteurs incontournables, #Théâtre & Réflexion

Vu le 15/10/13 au Grand Angle - Voiron. Textes: Victor Hugo, par les Cies In extremis & Cirque autour

Le spectacle Guillotine est un cas de figure intéressant pour le critique qui aime se tarabiscoter les neurones à la sortie du théâtre. La pièce étant un réquisitoire contre la peine de mort, on est en droit de se demander en quoi il serait utile de monter un tel spectacle aujourd’hui, du moins en France. Politiquement parlant, le spectacle n’est pas d’actualité. Reste alors l’intérêt historique… et surtout la mise en scène, qui réussit à faire un spectacle à partir d’engagements politiques. Ce n'était pourtant pas évident.

Sur scène : deux comédiens pour jouer différents textes de Victor Hugo. L’un des deux comédiens est enfermé dans une cage et n’en sort que pour quelques escapades intensément rêvées, on retrouve ici le narrateur du Dernier jour d’un condamné, et l’autre incarne tantôt Victor Hugo proférant ses discours contre la peine capitale tantôt différents personnages extraits de l’œuvre hugolienne et rendant la réplique au condamné. Ce qui est ici frappant est la grande cohésion d’ensemble entre les différentes scènes agglomérées sur le fil narratif du roman précité, si bien que le spectacle pourrait faire penser à une variation autour de ce roman.

Une histoire qui est efficacement renforcée par la mise en scène : visuellement, le spectacle emprunte à l’acrobatie comme au théâtre d’objets pour symboliser les propos et incarner les personnages. Le condamné qui se suspend dans sa cage et tente diverses acrobaties pour s’évader illustre à merveille l’enfermement tandis que les mannequins acéphales fixés sur roulette incarnent bel et bien la froideur et la rigidité de l’administration pénitentiaire ou des opposants à Victor Hugo. La bande sonore, avec des enceintes disséminées aux quatre coins de la salle, épouse dans sa composition la richesse visuelle, intervenant aussi bien pour prendre le relais du condamné en voix OFF que pour incarner la foule agglomérée autour de l’échafaud.

Il y a enfin des anecdotes vraiment marquantes tant dans le propos que dans la mise en scène, comme celle effroyable du condamné qu’il a fallu exécuter à plusieurs reprises… Si le propos peut donc paraître à la fois dur et anachronique, le spectacle vaut assurément le détour. Rarement les talents divers ont été aussi bien combinés.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents